Historique de l’aloe vera, un effet de mode ?

Publié par Catégories : Infos
Historique de l’aloe vera, un effet de mode ?

J’entend souvent que l’aloe vera est une nouvelle mode qui va bientôt passer, mais si on regarde son histoire d’un peu plus près on vera que c’est une mode qui dure depuis bien plus de 6000 ans.

On a trouvé des représentations de l’Aloes sur les murs des temples ainsi que sur les tombes des pharaons que l’on estime dater de 6000 ans (4000 ans avant JC).

On parle pour la première fois de l’aloès en 1500 av. J.-C. Dans le papyrus d’Ebers. L’original de ce papyrus que l’orientalisme berlinois Georges Hébers a découvert, se trouve à l’université de Leipzig. Ce document égyptien confirme de nombreuses applications de l’aloès, que ce soit la cicatrisation, les inflammation buccale ou pharyngée sans oublier les brûlures. Des documents historiques provenant d’Algérie, du Maroc, de Turquie, d’Arabie, de Grèce ou de l’empire romain, contiennent les mêmes indications que celle des égyptiens quant à l’application médicale de l’aloès, mais également de son usage en cosmétologie. Il paraîtrait que la reine Cléopâtre devait son étonnante beauté à l’usage régulier d’un gel à l’aloès.

Des historiens constatèrent que le philosophe Aristote recommanda à Alexandre the conquérir l’ile de Socotra sur la côte Est de l’Afrique, afin de mettre la main sur d’importantes plantations d’aloès de grandes qualités curatives, pour permettre la guérison des blessures de ses soldats.

Les experts en médecine grecs connaisse aussi l’application de l’aloès en cas de morsures, de coupures, d’allergies, d’acné, de morsures de serpent, de fistules, d’eczéma et d’irritations cutanée. C’est d’ailleurs en Grèce que l’aloès à trouvé, peut-être plus que partout ailleurs, un territoire à sa mesure. Et si nombre de grecs que connaissent encore aujourd’hui les propriétés évertuées de l’aloe vera qu’ils cultivent ou qui poussent à l’état sauvage dans certaines campagnes, ils le doivent alors lointains ancêtres de l’Antiquité. Aux alentours de 400 av. J.-C., le célèbre philosophe et médecin Hippocrate mais déjà en exergue de nombreux pouvoirs de la plante : Elle calmer les douleurs stomacales, favorise la repousse des cheveux, guéri devant tumeurs…

Pour leur part, les Romains doivent attendre les guerres puniques(des conflits quasiment incessants opposants, dès 264 av. J.-C., Rome au monde carthaginois) pour découvrir avec un certain étonnement les vertus de la plante. Celle-ci était utilisé par leurs prisonniers carthaginois et les Romains on eût tôt fait de l’adopter. Très vite, les scientifiques et les médecins romains mettent en évidence les propriétés et les bienfaits de l’aloès. C’est, parmi d’autres, le cas de Dioscoride qui détermine que la plante favorise la cicatrisation des plaies ouvertes. Une découverte qui, en tant que médecin servant dans l’armée romaine, lui est souvent utile… mais je n’est pas le seul : Pline l’ancien, célèbre naturaliste écrivain romain du premier siècle, c’est aussi l’éloge de la plante.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Shares