L’aloès dans la médecine populaire

Publié par Catégories : Infos
L’aloès dans la médecine populaire

Dans de nombreuses cultures les préparations à la l’aloès représentent un élément important de la médecine populaire. Voici un aperçu des expériences précieuses des différentes populations.

La médecine Africaine traditionnelle

L’application de l’aloès sur les brûlures est connue depuis toujours en Afrique. Beaucoup de peuplades africaines prennent des préparation à l’aloès sous forme de jus, gel, thé, baume et décoction. Certaines tribus utilisent les feuilles hachées de l’aloès comme tabac à priser. La médecine traditionnelle africaine appris que l’extrait d’aloès, c’est-à-dire du jus pur, en cas d’infection grippale, d’inflammation avec fièvre, trouble de la menstruation, maladie ophtalmique, atrophie musculaire, hémorroïdes, constipation ainsi que contre les morsures de serpents. L’action antitoxique de l’Aloès est donc bien connu en Afrique.

La médecine traditionnelle en Inde

La médecine indienne connaît une foule d’applications de l’aloès. En plus des feuilles, on utilise aussi le rhizome. La médecine ayurvedique transforme l’aloès en capsules gélatinées, en suppositoires pour les hémorroïdes, en sirop pour les troubles digestifs, glandulaires ou splénique, pouvant améliorer également la vue. Pour les troubles rectaux on ajoute au suc d’aloès des boulettes de coton pour la fabrication des suppositoires. La médecine populaire utilise le gel d’aloès en application locale contre les migraines. En Inde et au Népal on l’appelle l’aloès Indica « kumari » c’est-à-dire le «divin ».

La médecine maya

En langue maya l’aloès est appelé «hunpeckm-ci ». C’est avant tout au Guatemala mais aussi dans d’autres régions d’Amérique centrale, qu’on apprécie l’Aloès en tant que remède efficace contre les migraines et les maux de tête en général. Souvent on dilue une infusion faite de jus d’aloès extrait de ses feuilles, dilué dans un peu d’eau, tout en posant sur le front une compresse imbibée d’infusion à l’aloès. En cas de migraine les tantes et le front seront massés avec du gel d’aloès. Les femmes mayas appelé du gel sur leur seins, non seulement pour les raffermir mais aussi comme le moyen de précipiter le sevrage des nouveaux-nés.

La médecine populaire en Russie

En Russie occidentale et orientale on utilise l’aloe arborescent en application externe de jus frais pour guérir les plaies, les furoncles ou les dartres et en application interne contre la tuberculose et les maux de tête.

La médecine traditionnelle chinoise

Dans les écrits pharmacologiques de Li-Shih-shen (1518-1593) on parle déjà de l’aloès comme étant une plante médicinale importante. Il s’agit là d’une sorte d’aloès au est-ce spécialement actif le Lu-hei, c’est à dire l’aloe chinensis. Son Jus est utilisé pour traiter les plaies externes, tandis que l’extrait est destiné aux maladies de l’estomac, à tout l’appareil digestif et comme tonique. On trouve aussi l’aloès sous forme de pilules. Il est très instructif de constater que la l’aloe chinensis est indiqué dans de nombreuses pharmacologies chinoises comme remède essentiel contre l’artériosclérose. La médecine traditionnelle chinoise est extrêmement sérieuse, et tout particulièrement en ce qui concerne les indications pharmacologiques. Les médecins antiques de Chine donnaient de plus des règles exactes pour l’ administration des médicaments, en ce qui concerne le moment de la journée, l’état du soleil, les phases lunaires. L’Occident croyais que ce n’était que des croyances astrologiques. Aujourd’hui, on c’est grâce aux recherches biologiques modernes que tous les événements de la vie sont également soumis à des rythmes biologiques, et que par là l’intensité d’action des substances thérapeutiques dépend vraiment du moment de la journée, des saisons bien et même des périodes de taches solaires.

La médecine indigène du Pacifique

A Hawaï ainsi que dans toutes les îles de la Polynésie, on applique une teinture issue des feuilles fraîches d’aloès, sous forme de compresses, sur des plaies qui ont du mal à se cicatriser. Les indigènes des iles du Pacifique préparent un baume composé de feuilles d’aloès hachées pour lutter contre l’arthrite. On a souvent remarqué que les insulaires ouvrent les feuilles d’aloès et en recueillent le suc gélatineux avec lequel ils ont enduisent et leurs cheveux qui deviennent alors brillants et souples. Scientifiquement il est prouvé qu’en raison de la haute teneur en barbaloïne de nombreuses sortes d’aloès absorbent les rayons ultraviolets du soleil protégeant ainsi les cheveux. C’est à cause du pouvoir curatif constatés sur les substances actives de l’aloe indica, que le nouvel état du Timor oriental a fait graver la plante sur sa monnaie comme symbole de vie.

La médecine populaire aux États-Unis

L’application de la l’aloès aux États-Unis est à mettre au compte des premiers indiens d’Amérique. Les premières récits concernant différentes applications de l’aloès nous sont données par des jésuites espagnols. Depuis le 16e siècle ce sont des missions qui avec l’aide des indiens ont planté des aloès. Avec que le jus gélatineux issu des feuilles et des racines, the grave coup De soleil un ainsi pu être guéris. Heinz J. Stammel rapporte dans important ouvrage « Die Apotheke Manitus », que la tribu des indiens seminole emportait toujours dans ses expéditions guerrières du baume frais À base de jus issu de feuille d’aloès, afin de lutter contre les maladies et les abcès de la peau contractée au contact de la mangrove. La guérison semble avoir été spectaculaire. Les Cherokees, les Seminoles, les Creeks et les Choctaws utilisaient des préparations à base de jus de feuilles d’aloès pour les soins de bouche et le traitement des gencives enflées ainsi que pour les inflammations bucco-pharyngés. Ce jus d’aloès dilué. à l’eau était également utilisé par certaines tribus pour les lavages oculaires et les inflammations de la cornée. D’autre part le jus extrait des feuilles et des racines étaient appliqués aux plaies dues à un ébouillantage ou une brûlure.

Médecine populaire du Mexique

Au Mexique les Apaches Sonora et les Yaquis utilisent le jus d’aloès comme thé destiné à une application interne en cas de rhumatismes et troubles de l’estomac. Sous sa forme épaisse il est utilisé comme baume contre l’arthrite, les inflammations de la peau, l’eczéma et les enflures.

La médecine populaire en Europe

Comme partout il existe aussi des serres d’aloès en Suisse, mais dans le Tessin on trouve le populaire aloès rustique qui pousse à l’air libre. Il s’agit généralement l’aloès arborescent. En cas de coupures, de brûlures ou d’éruptions cutanées, on applique le suc issu des feuilles sur les parties malades.

Il existe même une vieille recette contre le cancer qui nous vient de l’ancienne Tchécoslovaquie : presser le jus de 400 g de feuilles d’aloès ayant au minimum quatre ans d’âge puis l’ajouter à 1 l de vin rouge, environ 200 g d’alcool à 40° et environ 300 g de miel. Laissez reposer six jours dans l’obscurité afin de permettre à la mixture de macérer. File à filtrer à travers un linge. Comprendre le matin au petit déjeuner une cuillère à café pendant trois jours. Le quatrième jour passé à une cuillerée à soupe. Après trois semaines, faire une pause d’un mois. Puis recommencer la cure. Cette lecture devrait être poursuivi une fois par trimestre. De nombreux cas de guérison définitive par ce traitement ont été observé à Turzowka, un pèlerinage marial slovaque. L’épouse du directeur de l’hôtel Centrum nous a livré des résultats thérapeutiques extraordinaires.

Le naturopathe Karl W. Lerch de Mittergars nous rapporte qu’il applique avec un un succès étonnant 1 mélange d’aloe capensis, alternativement composée de miel, de vinaigre des fruits ou de vin en cas de pathologies digestives (estomac, intestin, fois et vésicule) et rhumatismes.

Le psychologue praticien Hr. Bauer de Bad Reichenhall rapporte qu’après avoir fait pendant des années des cures de jus d’aloès pressé de Porto (une cuillerée à café de jus d’aloès dans un verre de porto) il avait complètement guéri ses troubles de la prostate. En Allemagne, il est courant de traiter les colis et les troubles hépatique par une dilution dans l’aloès, D4 en homéopathie.

Sa réputation de« plante sacrée » mais nan allô est-ce jusqu’au pasteur Sébastien Kneipp. Il suivit la tradition et utilisa l’aloès avec grand succès en pédiatrie et surtout dans les maladies les yeux. Hildegard de Bingen aussi appliquait l’aloès au métabolisme, aux troubles de la vessie, de la peau et même en cas de jaunisse. D’ailleurs on trouve l’aloès dans les vieilles recettes médicinales de l’élixir du Suédois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Shares